Danser, du regard et des mains , t'apprivoiser,
Une proposition, un pour-parler,
Une invitation , à tout oublier.
Tanguer, comme les radeaux dérivent les canoës,
Comme le vin enivre, se griser,
Comme un tango, tanguer , se renverser.
Tomber, comme l'oiseau porté par les grands vents,
Comme le bateau au fond de l'océan,
Comme on choisit le vide, le néant.

Aime-moi, aime-moi, aime-moi, aime-moi.
Danser, fermer les yeux, ne surtout plus penser,
Du bout des doigts, te toucher, te troubler,
Dire que je danse, mais t'apprivoiser.
Tomber, dans cet orage, mourir froudroyé,
Dans ce volcan, me perdre et m'y brûler,
Mourir d'amour et en ressuciter.

Aime-moi,
Comme une parenthèse, une pose , une trève,
Un vide où je me noie, Aime-moi
Comme l'amour en rêve, sans interdit , sans règles,
Ne plus penser qu'à ça, Aime-moi
Et comme un sacrilège, assouvir le cortège
De mes désirs de toi, Aime-moi
Et j'arrête le temps, respire à contre-temps,
Ne respire presque pas.

Aime-moi,
Je trace le chemin, de la bouche et des mains,
Te dessine la voie, Aime-moi
Et c'est moi qui décide, qui t'emmène et te guide,
Et dispose de toi, Aime-moi
Te manger comme une pomme, qu'on croque
Et abandonne , te prendre comme un homme,
Je connais la manière et comment il faut faire
Pour trouver la lumière.

 

HOME